LE RNF SUR LE TERRAIN

 

 

 

 

La 24e assemblée générale de l’Organisation africaine de normalisation (ORAN)

Chers amis et collègues,

C’est à titre de partenaire de l’ORAN pour la promotion et la participation à la normalisation que la secrétaire générale du Réseau Normalisation et Francophonie, Marie-Claude Drouin, a eu le plaisir de représenter le RNF lors de l’assemblée générale de l’ORAN. L’assemblée a eu lieu du 18 au 22 juin à Durban en Afrique du Sud.

Les participants ont été chaudement accueillis par le Gouvernement de la République d’Afrique du Sud et par l’intermédiaire du Bureau sud-africain des normes (SABS) au rythme festif et enlevant d’une prestigieuse troupe de danseurs traditionnels. Une magnifique prestation qui a donné le ton aux activités qui ont suivi !

 

 

 

Une Afrique – Un marché

C’est sous le thème « Une Afrique – Un marché » que l’assemblée s’est penchée sur le rôle de l’infrastructure Qualité et de la normalisation pour faciliter le commerce et le développement durable dans la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC).

Une tribune exceptionnelle et une occasion privilégiée de: 
  • Discuter de la coopération entre l’ORAN et le RNF et de constater les remarquables avancées de notre partenaire en matière d’harmonisation des normes africaines. En effet, depuis la signature de l’accord créant la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) par 44 pays, l’harmonisation des normes africaines figure en tête de liste des enjeux ciblés.
  • Échanger sur les stratégies de renforcement des infrastructures Qualité pour stimuler le commerce et faciliter le programme d’industrialisation et d’intégration en Afrique.
  • Rencontrer les organismes nationaux de normalisation du Rwanda, de la France, du Bénin, du Burkina Faso, du Congo RDC, du Cameroun, de la Tunisie, de l’Algérie et du Sénégal et renforcer les liens et les collaborations.

 

 

LES MOMENTS FORTS DE LA RENCONTRE

 

 

 

 

Élection du nouveau président de l’Organisation africaine de normalisation (ORAN) 

C’est M. Charles Booto à Ngon, directeur général de l’Agence des normes et de la qualité du Cameroun (ANOR) et vice-président Afrique du RNF qui a été élu à la présidence de l’ORAN. Une nouvelle qui nous réjouit particulièrement vu l’importance de ce prestigieux poste pour le monde de la normalisation et les liens qui unissent M. Booto au RNF.

Les pays francophones sont d’ailleurs déjà bien présents au sein du conseil d’administration actuel de l’ORAN avec comme vice-présidente, Mme Amel Ben Farhat, de la Tunisie et comme trésorier M. Issaka Zoungrana du Burkina Faso.

M. Booto a profité de son allocution pour remercier, notamment, la présidente sortante, Mme Ève Gadzikwa, et lui rendre un vibrant hommage pour l’immense tâche qu’elle a accomplie au cours de son mandat.

Le nouveau président s’est également engagé à mettre sa solide expérience au service du développement de l’ORAN et à participer pleinement au développement économique de l’Afrique et de ses marchés au moyen des normes.

 

Séance des membres du RNF

Les membres du RNF présents à l’assemblée ont profité de l’occasion pour examiner la proposition de l’ISO qui vise à établir un Accord international d’atelier pour définir l’organisation professionnelle des agriculteurs.

Cet atelier aura lieu les 7 et 8 novembre 2018 à DELFT aux Pays-Bas et le RNF anticipe que cet accord touchera particulièrement les agriculteurs des pays en développement (PED). Il sera alors crucial pour les agriculteurs locaux d’y faire entendre leur voix par l’intermédiaire de leur ONN afin d’influencer les travaux en fonction de leurs besoins.

Les membres du RNF présents ont donc préparé une feuille de route établissant les actions et la mutualisation des ressources pour mobiliser les troupes et faire en sorte que les pays francophones participent à ces travaux.

Un autre dossier important que le RNF portera pour renforcer la participation de nos pays à la normalisation internationale dans des secteurs porteurs pour nos économies.

Nous vous tiendrons au courant de l’évolution de ce dossier ! 

 

 

L’Algérie se joint à l’ORAN
L’Institut algérien de normalisation fait désormais partie des nouveaux membres francophones de l’ORAN. En effet, son directeur général, M. Djamal Hales, s’est dit ravi et fier de joindre les rangs de cette prestigieuse organisation et a profité de son allocution pour mentionner qu’il allait tenter de convaincre le Maroc d’en faire tout autant.Bonne idée !

 

Les toilettes réinventées, un sujet qui fait jaser!

Le directeur de l’Association sénégalaise de normalisation (ASN), M. Barama Sarr, a partagé avec les participants de l’assemblée générale son expérience de cosecrétariat de travail avec les États-Unis dans l’élaboration de la norme ISO 30500 (Systèmes d’assainissement non collectif — Unités de traitement intégré préfabriquées — Exigences de performance et de sécurité générales pour la conception et les essais).

En bref, cette norme vise à définir les caractéristiques de performance des toilettes du futur, celles qui n’auront plus besoin d’eau (et surtout pas d’eau potable !) pour fonctionner.

Les impacts sanitaires et environnementaux de ces toilettes ne sont pas à négliger, car elles :

  • éliminent les agents pathogènes des matières fécales
  • ne sont pas connectées au réseau
  • ont un coût de fonctionnement moindre
  • sont constituées d’une unité modulable avec une interface hygiénique

Et, fait intéressant, grâce au RNF, ce comité de normalisation est devenu le deuxième comité ayant le plus de représentants des pays en développement après celui de l’ISO TC 34 sur les produits alimentaires.

Une réussite dont nous sommes fiers ! 

 

 

Vibrant plaidoyer de l’ambassadeur du Niger en Afrique du Sud

Son excellence Mme Rakiatou Mayaki, ambassadeur du Niger en Afrique du Sud, a vanté les mérites du commerce régional en Afrique. En effet, elle considère qu’il y a un important marché à saisir et que les normes harmonisées en sont un des éléments clés.Elle a également souligné que même si l’établissement d’une zone de libre échange est un exercice difficile, il vaut la peine d’être réalisé. Elle a finalement invité les pays à jeter un peu de lest sur leur souveraineté au bénéfice de l’économie commune et d’une meilleure intégration dans les marchés.

 

 

 

Décalage horaire? Non, décalage linguistique!

L’ORAN n’a pas ménagé ses efforts pour présenter un événement bilingue français-anglais et les participants ont beaucoup apprécié. Mais, les observateurs se sont aussi amusés des effets secondaires provoqués par l’interprétation simultanée. En effet, les rires et les applaudissements des francophones accusaient cinq minutes de retard quand un anglophone prenait la parole et, inversement, les anglophones réagissaient cinq minutes plus tard quand le discours était prononcé en français.Un joyeux méli-mélo qui en a fait rire plus d’un !

 

 

Restez à l’affût des nouvelles du RNF lors de la prochaine infolettre.

Ensemble pour la Francophonie économique !