Le 2Forum mondial de la langue française (FMLF) s’est ouvert à Liège le 20 juillet dans la très belle salle du théâtre Le forum. Sous le thème de la créativité, ce Forum réunissait plus de 1200 participants provenant de 5 continents, majoritairement des jeunes de 18 à 35 ans, venus profiter d’une riche programmation. Sous le thème de la « Francophonie créative », la programmation du Forum s’est déclinée en 5 axes : l’Éducation, l’Économie, la Culture et les industries culturelles, la Relation entre langue et créativité et la Participation citoyenne.

Véritable vitrine internationale du bouillonnement créatif francophone, le FMLF a offert aux délégués un laboratoire international unique et privilégié pour leur permettre de réseauter, d’échanger, de discuter et de partager sur la créativité comme moteur d’innovation. Les participants ont pu se bâtir un programme personnalisé parmi une offre de plus de 80 ateliers, 20 conférences et débats, un LABFAB, un HACKTHON, des rencontres d’entreprises et des événements culturels.

L’un des points saillants de la cérémonie d’ouverture du FMLF a été le discours de la secrétaire générale de la Francophonie, madame Michaëlle Jean. Parmi les messages forts livrés par Mme Jean, on retiendra que pour elle, « la Francophonie se veut une solution face aux défis de l’heure ». Mme Jean a ainsi affirmé haut et fort vouloir travailler en ce sens pour vivre « une Francophonie dans l’action, une Francophonie des solutions, une Francophonie, donc, au plus près des réalités et des besoins, une Francophonie toujours plus agissante, plus performante, au cœur des nombreux enjeux internationaux et des plus pressants. »

La secrétaire générale a également pris le temps lors de son discours de souligner l’importance de la normalisation et du contrôle de la qualité pour le développement économique des pays. Cette mention démontre encore une fois son excellente compréhension des enjeux qui ont été portés à sa connaissance lors de sa rencontre avec l’Association RNF et sa volonté de les soutenir.

L’Association RNF a participé au FMLF avec une délégation composée de six personnes, soit : Joëlle-Nadine Djomeni et Adakou Apedo-Amah du comité national Femmes et normalisation du Cameroun, Gisèle Beleck de l’ANOR, Tanya Dominguez et Pierre Feltz de l’AFNOR et Marie-Claude Drouin, de l’Association RNF.

Tel que nous vous l’avions déjà annoncé, le projet Femmes et normalisation actuellement en cours au Cameroun, sous la gouverne du comité national Femmes et normalisation, appuyé par l’ANOR et l’Association RNF, a été sélectionné par le FMLF pour être présenté dans l’axe Participation citoyenne. Sous la forme d’un atelier brillamment animé par mesdames Djomeni et Apedo-Amah, cet atelier avait pour but de présenter la réaction de la Francophonie face au dynamisme imposant de la normalisation anglo-saxonne et d’en débattre, de faciliter l’intégration des femmes entrepreneures dans les économies nationale et internationale et de présenter le travail du comité national Femmes et normalisation du Cameroun. Les participants à l’atelier ont également discuté de la possibilité de déployer une telle initiative dans d’autres pays de la Francophonie, possibilité qui a été favorablement accueillie et que l’Association RNF travaille à mettre en œuvre.

Le projet Femmes et normalisation a aussi fait partie de la bibliothèque vivante du FMLF. Installée dans l’inspirante Cité miroir, cette bibliothèque permettait aux visiteurs intéressés, comme ils le feraient pour un livre, d’emprunter les porteurs de projets pour les consulter et échanger avec eux. Cet exercice a permis de nouer des relations et de rencontrer d’autres porteurs de projets présents à cette occasion.

En terminant, nous ne pouvons passer sous silence qu’un des participants à l’atelier Femmes et normalisation, l’African Institute for Mathematical Sciences (AIMS), a confié que cet atelier était le seul auquel il participait et que c’était sur recommandation de la secrétaire générale de la Francophonie qu’il s’y était inscrit. L’AIMS ambitionne de mettre sur pied un projet qui animera particulièrement les femmes mathématiciennes africaines. Mme Michaëlle Jean a vu dans ce regroupement de femmes un terreau fertile féminin pour parler normalisation, d’où sa recommandation. Visiblement, Mme Jean est une femme de parole et d’action, engagée à soutenir la mission de l’Association RNF!

Photo d'équipe FMLF 2015