PHNOM PENH

NORMALISATION ET VILLES DURABLES FIGURENT AU COEUR DES ÉCHANGES

Crédit photo : AIMF
Du 2 au 5 décembre 2019 avait lieu à Phnom Penh le Sommet des maires francophones organisé par l’Association internationale des maires francophones (AIMF). Le choix du lieu n’était pas fortuit puisque ce congrès coïncidait avec deux anniversaires d’importance : le 40e anniversaire de l’AIMF et le 40e anniversaire de la libération de la ville de Phnom Penh après la chute du Régime Khmer rouge. Le RNF et ses membres y étaient et, fidèles à leurs traditions, les Cambodgiens nous ont accueillis comme de véritables dignitaires. Merci à nos hôtes et aux organisateurs!

DES EXPERTS EN NORMALISATION SE PENCHENT SUR LA QUESTION DES VILLES DURABLES

La rencontre du 2 décembre à Phnom Penh faisait suite à l’atelier organisé le 24 septembre dernier à Yaoundé à l’initiative du RNF. Ce premier atelier intitulé « Contribution à la définition des normes internationales pour une ville durable » visait à interpeller l’AIMF sur l’intérêt que représentent les normes pour les villes et à mettre en place les modalités de la contribution des autorités locales à la définition des normes internationales d’intérêt pour elles.

À l’issue de ces travaux, et grâce aux plaidoyers du RNF, les Maires ont fait plusieurs recommandations à l’AIMF :

  1. assurer la diffusion des normes qui sont d’intérêt auprès de ses membres;
  2. appuyer les villes pour qu’elles puissent contribuer à l’élaboration des normes;
  3. soutenir les villes dans la mise en place d’outils et de démarches pour l’opérationnalisation des normes;
  4. s’associer à l’ISO pour faciliter le lien avec les autorités locales; et
  5. être à l’initiative de propositions de normes favorisant le travail des collectivités locales.

C’est donc pour opérationnaliser ces engagements et recommandations que l’AIMF a profité de son assemblée générale à Phnom Penh pour réunir un groupe d’experts en normalisation sur le sujet. L’AIMF souhaite en effet placer la question de la normalisation au cœur de ses activités et de ses réflexions pour les années à venir. Le RNF y était invité de même que quatre de ses membres : AFNOR (France), ASN (Sénégal) ANM (Bénin) et CODINORM (Côte d’Ivoire).

L’objectif de ce groupe d’experts était triple :

  1. proposer un document de stratégie pour l’AIMF en matière de normalisation;
  2. suggérer des adaptations aux normes actuelles afin qu’elles reflètent la réalité de l’ensemble des villes membres de l’AIMF;
  3. contribuer à la réflexion sur le sujet lors du Sommet Afrique-France Ville durable à Bordeaux les 4 et 6 juin 2020.

Les discussions ont été très fructueuses et constituent, à n’en pas douter, une belle avancée pour la promotion de la normalisation comme pilier de la Francophonie économique. À suivre…

SECONDE CONFÉRENCE DES MAIRES D’ASIE DU SUD-EST

Crédit photo : AIMF

Le Sommet des maires francophones s’est avéré une tribune parfaite pour tenir la seconde Conférence des Maires d’Asie du Sud-Est. C’est sous le thème Construire des villes durables, résilientes et intelligentes en Asie du Sud Est que ce sont déroulées les différentes rencontres. Là aussi, la normalisation y a fait belle figure avec, au programme, une heure entière dédiée au sujet. Parmi les questions abordées, mentionnons entre autres :

  • La place des villes d’Asie du Sud-Est dans le processus international de standardisation et de normalisation des villes.
  • La présentation de la norme ISO TC-268 « Villes et territoires durables et intelligents » par M. Étienne Cailleau, secrétaire du comité technique.
  • L’échange d’expériences sur le thème « Comment s’organiser pour peser » avec M. Christian Lévy, président de la Commission française pour les villes et territoires durables et intelligents et inspecteur général du ministère du Développement durable (France).

LA SECRÉTAIRE GÉNÉRALE DE L’OIF PREND LA PAROLE

Crédit photo : Ville de Phnom Penh

L’AIMF étant un opérateur de la Francophonie, Mme Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de l’OIF, était présente au Sommet. Elle a profité de cette tribune pour prononcer une inspirante allocution où elle a rappelé son objectif premier : placer la Francophonie partout où elle peut faire la différence.

Elle a particulièrement évoqué la force des réseaux de la Francophonie et l’importance de viser des objectifs communs avec des programmations plus complémentaires. Elle a invité l’assemblée à mieux unifier ses efforts pour le rayonnement de la langue française dans le monde sur des domaines d’avenir comme le numérique et l’innovation. Elle a, de plus, insisté sur le fait que les contenus français doivent, plus que jamais, faire partie de l’équation. Enfin, madame Mushikiwabo a rappelé que la solidarité constitue depuis toujours la marque distinctive de la Francophonie et que la mutualisation des ressources doit primer dans les efforts consentis en ce sens. Elle a terminé son allocution en rappelant l’importance de porter d’une seule voix les positions communes de la Francophonie sur des sujets essentiels à son avenir et à son rayonnement à l’échelle internationale.

UNE SOIRÉE DE GALA HAUTE EN COULEUR

Les invités à la soirée de gala étaient conviés à revêtir la tenue traditionnelle de leur pays. La secrétaire générale du RNF, Mme Marie-Claude Drouin, ne s’est pas fait prier pour porter une authentique ceinture fléchée, fabriquée selon la méthode traditionnelle québécoise. Il s’agit en effet d’une technique de tissage désignée comme élément du patrimoine immatériel du Québec. Mme Drouin tient d’ailleurs à remercier le ministère la Culture et des Communications du Québec, de même que la flécherande, Mme Yvette Michelin, qui lui a si gentiment confié cette magnifique ceinture fléchée pour l’occasion.

Membres fondateurs

Pin It on Pinterest