« Le RNF : une action concrète pour faire la différence. »

Près de 2,3 milliards de personnes dans le monde n’ont accès à aucun système d’assainissement. Ces carences contribuent largement au développement de maladies, aux épidémies, à la pollution et même à l’inégalité des sexes.

Voici comment le RNF a réussi à mobiliser les pays en voie de développement de la Francophonie pour qu’ils participent à l’élaboration de deux normes internationales sur l’assainissement, dont celle sur « les toilettes du futur » dont il est question ici.

Quand l’absence de toilettes propres et sécuritaires tue 500 000 personnes par année

On peine à imaginer qu’il y a encore plus d’un milliard d’humains sur la planète qui doivent se soulager dehors, dans des caniveaux, derrière des buissons ou dans des plans d’eau.

Et on s’imagine encore moins que c’est une norme qui a permis de donner vie à un projet innovateur lancé par la Fondation Bill et Melinda Gates pour créer les toilettes du futur.

Pour y parvenir, la Fondation Bill et Melinda Gates a demandé l’aide du RNF pour mobiliser un grand nombre de pays en développement afin que ceux-ci participent à l’élaboration de cette nouvelle norme. Un défi relevé avec brio par le RNF…

Comme quoi, les normes, loin de freiner l’innovation, aident plutôt les acteurs concernés à fixer les exigences de base et de qualité pour que les entrepreneurs puissent déployer leurs idées et développer un produit qui correspond parfaitement aux besoins énoncés.

Lorsque la Fondation Bill et Melinda Gates a lancé un appel à tous pour créer une toilette novatrice capable d’éliminer complètement les pathogènes et de fonctionner sans eau, sans égout et sans électricité, c’est finalement une toilette à énergie solaire qui a remporté le défi.

Or, comme un défi n’arrive jamais seul, les questions se sont multipliées :

  • Comment s’assurer que les industriels allaient créer un produit sécuritaire, dont la qualité serait constante?
  • Comment partager cette invention avec le reste de la planète?
  • Comment s’assurer que les coûts n’augmentent pas et que les critères de départ de la fondation demeurent les mêmes?

Une solution s’est vite imposée : il fallait développer une norme!

Au début du processus, les Gates étaient inquiets de voir que seuls quatre pays francophones souhaitaient participer aux travaux du comité de normalisation ISO/PC 305 sur les systèmes d’assainissement autonomes durables.

Ils ont donc expressément demandé au RNF de leur venir en aide pour augmenter ce nombre.

Mission accomplie, puisque le RNF a réussi à mobiliser dix nouveaux pays, ce qui a porté à 14 le nombre de pays francophones autour de la table. En tout, une quarantaine de pays ont été représentés.

De fait, grâce à l’action du RNF, ce comité s’est même hissé au 2e rang des comités de normalisation ISO ayant le plus grand nombre de participants issus des pays en développement.

Écoutez notre balados sur...
Ici, on parle de toilettes… surtout de celles qui n’existent pas (encore)!

Près de 2,5 milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès à des toilettes propres et sécuritaires. Plus de 500 000 personnes meurent chaque année de diarrhées associées à ces eaux usées non traitées. Dans cette histoire, vous verrez comment l’ingénieur en environnement, Doulaye Koné, a utilisé la normalisation pour s’attaquer au problème. 

Ensemble pour la Francophonie économique !

Membres fondateurs

Pin It on Pinterest